OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




Lettre à l’occasion du jubilé des 175 ans de fondation de notre congrégation

557_big.jpg

2019-11-04 - Rome

Chers Frères, chers amis de l’Alliance,

En décembre prochain, nous entrerons dans l’année jubilaire des 175 ans de fondation de notre congrégation assomptionniste. Je voudrais que cette année soit marquée par la joie et notamment par la joie de vivre notre vocation de religieux et d’héritiers du Père Emmanuel d’Alzon. Une année dans laquelle nous pourrons manifester notre attachement au Christ dans la fidélité à notre bien-aimé fondateur. Un an pour commémorer toutes les figures qui ont contribué à faire de l’Assomption ce qu’elle est aujourd’hui. Un an pour rendre grâce à Dieu de nous avoir appelés à le servir.

Même si nous avons un bon nombre de raisons pour être dans la morosité, voire dans l’affliction, je pense que la joie est le meilleur témoignage que nous pouvons donner aujourd’hui à notre monde. Je ne prône pas un volontarisme forcé, ni une évasion de la réalité, mais je propose de revenir tout simplement à notre engagement de suivre le Seigneur jusqu’au bout comme de bons serviteurs.

La joie est le fruit de la passion qui nous anime pour le Royaume. Sans cette passion il ne peut y avoir qu’un activisme sans horizon. Le Royaume de Dieu que nous avons pour mission d’annoncer est déjà là et il est la source d’un bonheur infini. La joie est aussi une manifestation de notre reconnaissance. Reconnaissance d’avoir un fondateur dont nous espérons voir bientôt la sainteté pleinement reconnue. Fierté d’être issus de la lignée d’Emmanuel d’Alzon qui fut un fervent apôtre de l’Évangile dans un temps de crise aigüe. Joie d’appartenir à sa descendance spirituelle et de pouvoir la partager avec nos frères et sœurs de l’Alliance laïcs-religieux. Nous avons un charisme, une tradition et une histoire qui sont marqués par l’attachement au Christ, à la Vierge et à l’Église. Nous sommes sûrs, si nous continuons de vivre de cet esprit assomptionniste, que les forces du mal n’auront pas le dernier mot et que l’Assomption, quant à elle, pourra continuer son chemin dans l’assurance que Dieu ne l’abandonnera pas.

 Joie aussi d’avoir une Règle de Vie, une manière de vivre l’Évangile entre nous et pour le monde dans une fraternité sans frontières. Notre joie s’approfondit également dans notre mission apostolique. L’Assomption est une congrégation apostolique et missionnaire. Notre énergie se déploie avec l’aide de Dieu dans de nombreux secteurs : les paroisses, l’éducation, la communication, les missions étrangères, la solidarité avec les pauvres, les études, etc. Dans chacune de nos entreprises nous avons l’ambition d’être des témoins joyeux du Royaume de Dieu.

L’année jubilaire ne sera pas consacrée uniquement à faire mémoire, mais elle nous invitera aussi à ouvrir largement notre horizon pour être toujours plus audacieux et plus zélés. Il est urgent de se mobiliser encore plus et encore mieux pour l’annonce de l’Évangile. La médiocrité et la monotonie sont des poisons qui entravent la croissance du Royaume. Jésus nous appelle à annoncer les Béatitudes. Peut-être faut-il que nous-mêmes vivions mieux de leur esprit pour être crédibles ? Mais je suis convaincu que nous pouvons, avec l’aide de l’Esprit Saint, être encore plus pertinents dans notre consécration. Revenons à notre premier amour comme le demande Dieu à l’Église d’Ephèse ! (Ap 2, 4) Il s’agit d’être en vérité des hommes consacrés au Seigneur, c’est-à-dire entièrement donnés à Lui pour l’aimer et le servir d’un cœur sincère et sans partage. Soyons attentifs à nos solidarités. Nous avons choisi le Christ et ce choix nous engage à le servir en tout et partout. Trop souvent nous inclinons à donner la préférence à nos solidarités naturelles : nos familles, notre pays, notre culture et nous oublions que le Christ a posé des exigences pour que nous soyons avec Lui.

L’Assomption ne se contentera pas de célébrer les belles pages du passé, elle se préparera à en écrire de nouvelles dans la disponibilité aux appels de Dieu. Dans un monde qui doute et qui espère malgré tout, serons-nous capables de relever le défi ? Je le crois sincèrement.

Nous pouvons regarder l’avenir avec confiance si nous nous abandonnons totalement dans les mains de celui qui peut tout. Nous n’avons pas de moyens économiques conséquents ; nous n’avons pas une réputation qui nous place parmi les grands de ce monde ou de l’Eglise. Nous avons nos faiblesses et nos pauvretés mais nous sommes riches de Jésus-Christ qui est notre véritable héritage. Et cela nous remplit de joie. Ni or, ni argent, mais ce que nous avons c’est le nom de Jésus….

Célébrer un jubilé c’est tout à la fois regarder le passé avec reconnaissance et ouvrir l’avenir avec espérance. Avec saint Paul nous pouvons dire : « Si donc quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né. » (2 Co 5,17) Ce nouveau monde dont Paul annonce la présence est celui que nous annonçons par notre vie quotidienne et notre consécration religieuse. Il nous faut passer de la vétusté du péché à la nouveauté de l’Évangile. Nous pouvons être fiers de notre appartenance à l’Assomption. Petite famille religieuse fondée dans la France du XIXème siècle, notre congrégation a su traverser bien des épreuves et avancer pas-à-pas à la suite du Christ. Nous ne sommes pas des nostalgiques d’un passé révolu, mais des aventuriers des temps nouveaux. La nouveauté se trouve en Jésus-Christ et en lui seul.

Pour l’année jubilaire plusieurs propositions seront faites dans les Provinces. J’invite chacun à participer activement à celles-ci et à susciter en communauté locale d’autres initiatives avec nos frères et sœurs de l’Alliance laïcs-religieux. Eux-mêmes sont invités à susciter des propositions pour nous stimuler encore plus. Je souhaite que chaque communauté organise une journée de récollection sur le thème des « temps nouveaux ». Nous sommes conscients avec le Pape François que l’Eglise traverse une crise profonde. Nous avons à considérer celle-ci comme un temps de vérité et de purification nécessaires pour relancer notre marche. La joie et non la peur doit nous guider.

Nous pouvons réentendre ce que disait Jean-Paul II dans son exhortation apostolique Vita consecrata (n°110: « Vous n'avez pas seulement à vous rappeler et à raconter une histoire glorieuse, mais vous avez à construire une grande histoire ! Regardez vers l'avenir, où l'Esprit vous envoie pour faire encore avec vous de grandes choses. »

Si les religieux assomptionnistes et les laïcs de l’Alliance se passionnent pour le Fils de l’homme alors, comme j’aime à le dire, l’Assomption n’a pas dit son dernier mot.

Avec Emmanuel d’Alzon nous sommes disponibles pour les grandes causes de Dieu et de l’homme. Que ce jubilé des 175 ans de la fondation des Augustins de l’Assomption soit pour tous un temps de grâce !

Fraternellement.

Père Benoît GRIÈRE a.a.,
Supérieur général

 Fête de la Toussaint, 1er novembre 2019