OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




Signes de Dieu n° 14 - Son amour de la pureté

196_big.jpg

2015-07-06 - Rome

« Je dicterai au hasard mes souvenirs à mesure qu’ils me reviendront. Je ne puis pas m’empêcher de commencer par un des trais qui m’a plus frappée dans le P. d’Alzon et qui a frappé toutes celles d’entre nous qui l’ont approché. Quel amour de la pureté dans cette âme ! Comme son extérieur en a toujours été pénétré ! Comme il savait l’inspirer ! et quel don angélique Dieu lui avait donné pour en parler, soit dans ses discours publics, soit dans ses rapports privés. C’est le levier par lequel il a formé tant de vocations. Il inspirait l’amour de cette blanche couronne, dont on sentait si bien que lui-même ne l’avait jamais ternie. Il me semblait qu’il aimait les âmes à proportion qu’elles étaient pures; sans doute il se donnait à tous, mais je ne lui ai jamais connu d’amitié qu’avec des personnes au-dessus de tout soupçon. Il a eu beaucoup d’ennemis, on l’a attaqué de toutes les façons, mais jamais sur ce point un seul doute n’a pu s’élever, malgré les oeuvres qui lui donnaient tant de relations, il n’a jamais été l’objet d’un seul soupçon ni d’une seule attaque. Je l’ai connu dans sa jeunesse; sa tenue était encore plus sévère qu’elle n’a été plus tard. À une mortification continuelle dont je dirai plus tard les souvenirs, il joignait des formes si réservées, si sévères, si empreintes de la plus haute convenance que lors même que sa gaieté naturelle se faisait jour, il ne perdait rien de la dignité et du décorum qui inspiraient le respect et n’auraient permis à personne le moindre acte de familiarité. Je crois qu’il a usé toujours de la plus grande prudence pour ne voir des personnes douteuses, à qui il devait faire du bien, qu’au confessional ou dans des lieux où il avait un témoin, par exemple dans des couvents.»

(Témoignage de Sainte Marie- Eugénie de Jésus au moment de la mort du P. d’Alzon).

Signes de Dieu - 14