OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




Comment va Accompagner ?

440_big.jpg

2018-01-17 - Belgique

AA INFO : Guy, comment va Accompagner ?

Guy : Malheureusement bien.

AA INFO : Pourquoi malheureusement bien ?

Guy : Cette année, les bénévoles et le personnel salarié de l'association se sont magnifiquement dévoués à la cause des plus démunis. Nous avons fait plus de 1000 accompagnements de terrain, 1037 pour être précis. Ils ont été réalisés par plus de 70 bénévoles différents. Depuis notre création, nous n’avons jamais atteint un tel nombre d’accompagnements. Nous avons aidé 897personnes. Elles étaient 866 en 2016. Plus de 100 autres associations ont fait appel à notre service. Cela veut malheureusement dire que la pauvreté, la précarité, augmente en Belgique, à Bruxelles en particulier.

AA INFO : Tu parles de plus de 70 bénévoles accompagnants alors que dans les rapports que tu nous envoies, tu en mentionnes une quarantaine.

Guy : Oui, nous avons, en moyenne, une quarantaine de bénévoles disponibles pour assurer les accompagnements. Il y a un grand turnover parmi nos bénévoles. A Accompagner, les jeunes ne restent pas bénévoles très longtemps. Le fait d'être en contact avec le monde professionnel leur redonne de l'assurance, de la confiance en eux. Après quelques mois, ils retrouvent du travail. L’association est pour eux un sas vers l’emploi. Par bonheur, régulièrement, de nouveaux bénévoles se présentent.

AA INFO : Plus de pauvreté, plus de travail, comment vois-tu l’évolution d’Accompagner ?

Guy : On ne peut pas tout faire. Nous ne sommes pas les sauveurs du monde. Mais lorsque nous promettons à quelqu'un de nous occuper de lui, nous avons à cœur d’aller jusqu’au bout. La tentation serait de croire que nous n'avons pas de limites. Nous en avons. C’est pour cela que nous travaillons principalement sur rendez-vous. Vu le nombre de personnes qui frappent à notre porte, aujourd’hui, il faut quasi deux à trois semaines avant d’avoir un rendez-vous. Cependant, nous restons ouverts aux urgences que nous intercalons dans l’agenda du jour.

AA INFO : Pourquoi viennent-ils de plus en plus chez vous ? Que faites-vous de plus que les autres ?

Guy : Ils viennent chez nous après avoir frappé à de multiples portes. Accompagner leur apparaît comme une dernière porte à franchir : « On ne sait jamais ». Dans une société où les services sociaux sont de plus en plus spécialisés, nous abordons la personne dans sa globalité. Nous essayons d’établir des ponts entre tous ces services, au profit de la personne elle-même. A ce niveau, l’accompagnement de terrain est une réelle plus-value. Le bénévole accompagnant est la béquille du boiteux, l’avocat du peureux, la mémoire du taiseux, etc. Il aide la personne à s’assumer, à avoir confiance en elle, à découvrir ses propres capacités. 

AA INFO : Quel est ton rôle à toi, Guy ?

Guy : Mon rôle particulier est essentiellement de veiller à la pérennité de l'association et à son esprit, aidé de Gérard qui œuvre avec moi depuis la création d’Accompagner, et de Roger qui nous a rejoints en 2006. Roger est l’administrateur délégué. Il veille à la bonne organisation et au bon fonctionnement. Arnaud, notre responsable opérationnel salarié, supervise tout le travail social quotidien. Avec Roger et Gérard, nous sommes les garants du projet. Etre fidèle à l’intuition du départ, est une nécessité, tout en sachant s’adapter aux nouvelles pauvretés. Voilà ma mission avec ces deux frères. Nul besoin d’ajouter qu’elle demande du cœur, de l’espérance et une bonne dose de persévérance et de gratuité. Mes collaborateurs n’en manquent pas !