OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




Les Assomptionnistes bulgares exécutés en 1952

71_big.jpg

2014-11-13 - Sofia, Bulgaria

Les Assomptionnistes bulgares exécutés en 1952.

Le 11 novembre 1952, à 23h30, dans la prison centrale de la ville de Sofia, capitale de la Bulgarie, trois religieux assomptionnistes bulgares, les Pères Kamen Vitchev, Pavlev Djidjov et Josaphat Chichkov, étaient fusillés. En même temps qu'eux un évêque bulgare, passionniste, Eugène Bossilkov, était lui aussi fusillé. Une sentence tombée le 3 octobre, condamnant à mort les quatre hommes lors d'un procès monté de toutes pièces pour accusation d'espionnage au profit du Vatican, de tentative de complot et de valets du capitalisme.

Mgr Bossilkov, lui, fut béatifié en 1997 par le Pape Jean-Paul II, mais le procès de canonisation des trois Pères assomptionnistes n'a pas été introduit en même temps que celui de l'évêque afin de ne pas inquiéter une quinzaine d'autres religieux assomptionnistes bulgares eux-mêmes emprisonnés ou exerçant encore un ministère, mais tous étroitement surveillés par la police politique du régime communiste bulgare aux ordres de Moscou.

Pendant plusieurs années, l'incertitude a régné sur la date de leur exécution car les archives du ministère bulgare de l'Intérieur n'ont pu être consultées qu'après la chute des régimes communistes des pays satellites de l'ex- Union soviétique. Les corps des quatre martyrs de la foi n'ont pas été retrouvés. Ils furent enterrés dans une fosse commune.

D'innombrables témoignages attestent du martyre et de la sainteté de ces hommes de Dieu. Et le 11 novembre 2000, à Plovdiv, les anciens élèves de ce qui fut le grand collège assomptionniste de cette ville, ont élevé un monument en mémoire de leur martyre, avec l'aide de la municipalité.