OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




Pèlerinage National de l’Assomption

606_big.jpg

2020-08-20 - Lourdes

Lors du 147e  Pèlerinage National, le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Pape François,  a rencontré  les  membres,  religieux  et laïcs,  de  la Famille  de  l’Assomption, réunis  à  l’Accueil  Notre-Dame  du  Sanctuaire  marial,  le  samedi  15  août 2020.  Dans la simplicité de la rencontre, en réponse à des paroles d’accueil du P. Benoît Grière, Supérieur   Général,   et   du   P.   Benoît   Bigard,   Provincial   d’Europe,   il   a   prononcé partiellement  le  discours  préparé  pour  la  circonstance.  Il  a  pris  plus  de  temps  pour rencontrer  les  personnes  présentes  et  les  saluer.  Un  kit,  réalisé  par  l’Hospitalité Notre-Dame de Salut pour être distribué aux personnes malades empêchées de venir Pèlerinage,  lui  a  été  remis.  Le  Secrétaire  d’Etat  a  promis  d’en  porter  un  exemplaire au Pape François. Dans son discours, le cardinal Parolin encourage les Augustins de l’Assomption  à  aller  vers  de  nouveaux  horizons,  conformément  à  l’intuition  de  leur fondateur    le    P.    Emmanuel    d’Alzon.    Il    les    invite    à    l’audace    des    nouveaux commencements :

Chers  amis,  je  vous  remercie  de  tout  cœur  pour  votre  invitation  et  votre hospitalité.  Avoir  la  possibilité  de  me  réjouir  avec  vous  du  bien  que  le  Seigneur  a opéré  au  moyen  de  votre  Institut,  depuis  le  jour  de  sa  fondation,  contribue  à  faire croître  l’homme  spirituel  que  tous,  en  tant  que  croyants,  nous  sommes  appelés  à devenir.  Celui  qui  vous  rencontre  aujourd’hui,  voit  en  vous  le  visage  dessiné  par ces  175  ans  de  service  du  Christ,  de  l’Evangile,  de  l’Eglise,  de  l’humanité.  Il  s’agit d’un visage multiforme, avec différentes facettes, d’où émergent les visages de votre fondateur,  Emmanuel  D’Alzon,  de  celui  qui  vous  a  précédé  sous  le  signe  de  la  foi et de l’apostolat, de vos anciens, de vous-mêmes ; et où il y a aussi de l’espace pour les visages de ceux qui viendront après, guidés par le Seigneur, pour s’unir à votre  vie  et  à  votre  mission.  Un  visage,  donc,  qui  n’a  pas  épuisé  son  « espace »  et  son« expressivité ».

Il  me  semble  entrevoir  un  lien,   un  fil  rouge,  qui  unit  le  temps  de   votre fondation à notre vie contemporaine quotidienne : la fin du régime de chrétienté qui a caractérisé de diverses façons l’histoire à partir du IVème  siècle. Né immédiatement après  la  Révolution  française,  Emmanuel  D’Alzon  a  vécu  dans  un  monde  non seulement   profondément   changé   par   rapport   au   passé   récent,   mais   encore  en mutation.    Nous-mêmes,    aujourd’hui,    sommes    encore    immergés    dans    cette mutation qui n’est pas terminée ; nous aussi nous faisons partie d’un monde où le régime de chrétienté  de  notre  enfance,  de  notre  adolescence  et  de  notre  jeunesse  – au  moins  pour  ceux  qui  ont  plusieurs  "printemps"  sur  leurs  épaules  –  a  fait  place à  une  véritable  transformation  anthropologique  dont  nous  sommes  bien  loin  de voir les ultimes résultats.

Face   à   ces   mutations,   face   à   ces   changements,   les   comportements   par lesquels  il  faut  y  répondre  sont  essentiellement  deux  :  soupirer  après  le  « beau passé » qui n’est plus là ; ou bien se mettre en route pour semer les processus d’un nouveau  commencement.  Votre  existence  témoigne  lequel  des  deux  Emmanuel D’Alzon   a   estimé   devoir   choisir.   Votre   existence   témoigne   de   sa   capacité   de discernement.   Il   ne   s’est   pas   arrêté   à   regretter   le   passé,   mais   il   s’est   mis   en mouvement pour que la fin puisse devenir un nouveau commencement.

Un   nouveau   commencement,   une   nouvelle   étape   dans   le   cheminement continuel à travers lequel la joie de l’Evangile, l’Evangelii gaudium, se construit une tente  au  milieu  des  hauts  et  des  bas  de  l’humanité :  c’est  la  façon  dont  le  Pape François  interprète  aujourd’hui  notre  vie  contemporaine ;  c’est  le  discernement qu’il  partage  avec  tous  les  croyants.  Un  discernement  qui  montre  comment  votre fondation,  par  les  choix  de  son  fondateur,  se  retrouve  aujourd’hui  au  cœur  même de  l’Eglise,  à  175  ans  de  son  avènement ;  et  elle  se  retrouve  au  cœur  même  de l’Eglise non pas comme un « groupe de professionnels », mais comme une « famille de frères » ; non pas comme une ONG – dirait encore le Pape François – mais comme une véritable communauté de foi, qui dans la foi attend et prépare patiemment son  retour  glorieux.  Votre  Règle  de vie  l’exprime  très  bien :  « L’avènement  du  règne  de Jésus-Christ   pour   nous   et   pour   le   prochain   s’accomplit   déjà   dans   notre   vie commune.  Nous  nous  acceptons  différents,  car  Celui  qui  nous  unit  est  plus  fort que  ce  qui  nous sépare.  Il faut  constamment  dépasser  nos  divisions et  nos limites pour nous retrouver dans l’accueil et le pardon ».

Témoigner,  par  la  vie  et  les  paroles,  le  fait  de  savoir  habiter  les  « nouveaux commencements » que Dieu sème et fait germer de l’intérieur de l’histoire humaine est  une  véritable  expérience  charismatique,  génératrice  de  charismes,  génératrice de  rencontre  et  d’unité modelés  sur cette symphonie  que  seul  l’Esprit Saint  est en mesure  de  jouer  et  de  chanter.  A  ce  propos,  le  Pape  François  nous  rappelle  que : « La   vie   chrétienne,   en   réalité,   est   un   cheminement,   un   pèlerinage.   L’histoire biblique est tout un cheminement marqué par des commencements et de nouveaux départs ; comme pour  Abraham ; comme  pour tous ceux qui,  il y a  deux mille  ans en  Galilée,  se  mirent  en  chemin  pour  suivre  Jésus  :  “Alors  ils  ramenèrent  les barques  au  rivage  et, laissant  tout, ils  le suivirent”  (Lc 5,  11). Depuis,  l’histoire du peuple   de   Dieu   –   l’histoire   de   l’Eglise   –   est   toujours   marquée   de   départs,   de déplacements,   de   changements.   Le   chemin,   évidemment,   n’est   pas   purement géographique,  mais  il  est  avant  tout  symbolique  :  c’est  une  invitation  à  découvrir le mouvement du cœur qui, paradoxalement, a besoin de sortir pour pouvoir rester, de changer pour pouvoir être fidèle ».1

Vous-mêmes, vous êtes en mesure d’apprécier combien ces paroles touchent votre   quotidien,   votre   mission,   votre   action   apostolique.   Il   s’agit   de   paroles inclusives,   qui   construisent   une   communauté,   parce   qu’elles   ont   justement   la capacité  de  s’adresser  à  chacun  sans  laisser  personne  en  arrière.  L’histoire  de l’Eglise  et  l’histoire  de  votre  famille  religieuse  est  une  histoire  de  cœurs :  d’êtres humains concrets qui, portés par la beauté de la Parole à la beauté de la liberté qui sait dire « Me voici », deviennent capables de construire une synodalité. Le cœur de l’Eglise  et  les  cœurs  des  croyants,  en  effet,  accèdent  à  leur  maturité  mutuelle lorsqu’ils  sont  en  mesure de  s’engager ensemble avec les autres  et  pour les autres. D’autre  part,  la  forme  première  et  fondamentale  de  la  justice  évangélique  est  de faire  de  la  place  à  l’autre  à  la  suite  de  celui  qui  nous  a  fait  de  la  place  en  lui,  en devenant l’un de nous.

Avec  la  force  de  la  justice  évangélique,  nous  pouvons  ainsi  habiter  avec audace   (parresia)   et   sans   crainte   ou   angoisses   le   provisoire   qui   se   déroule   à l’intérieur  de  ce  changement  d’époque  –  une  chose  bien  plus  complexe  qu’une simple  époque  de  changements  –  sans  renoncer  d’avoir  clairs  à  l’esprit  les  points- clés qui nous empêchent d’être des « girouettes au vent », qui changent de direction sans  savoir  pourquoi,  se  soumettant  au  vent  du  moment,  alors  que  tout  autre  est le  Souffle  de  l’Esprit.  Encore  une  fois,  c’est  le  Pape  François  qui  nous  le  rappelle dans son Discours à la Curie Romaine pour les Vœux de Noël, le 21 décembre 2019. Il   affirme   en   effet : « un   monde   chrétien   d’une   part,   et   un   monde   encore   à évangéliser d’autre part. Maintenant, cette situation n’existe plus. Les populations qui n’ont pas encore reçu l’annonce de l’Evangile ne vivent plus du tout seulement sur  les  Continents  non  occidentaux,  mais  se  trouvent  partout,  surtout  dans  les énormes  concentrations  urbaines  qui  demandent,  en  elles-mêmes,  une  pastorale spécifique.  Dans  les  grandes  villes,  nous  avons  besoin  d’autres  “cartes”,  d’autres paradigmes,   qui   nous   aident   à   repositionner   nos   manières   de   penser   et   nos attitudes :  frères  et  sœurs, nous ne  sommes plus en chrétienté, nous ne  le sommes plus ! Nous  ne  sommes  plus  les  seuls  aujourd’hui  à  produire  la  culture,  ni  les premiers, ni les plus écoutés. Par conséquent, nous avons besoin d’un changement de  mentalité  pastorale,  ce  qui  ne  veut  pas  dire  passer  à  une  pastorale  relativiste. Nous ne sommes plus dans un régime de chrétienté parce que la foi – spécialement en Europe, mais aussi dans une grande partie de l’Occident – ne constitue plus un présupposé  évident  du  vivre-ensemble ;  pire  elle  est  souvent  même  niée,  raillée, marginalisée et ridiculisée […]. Parfois, j’en ai parlé avec certains d’entre vous… Je pense à cinq Pays qui ont rempli le monde de missionnaires – je vous ai dit lesquels – et aujourd’hui ils n’ont pas de ressources vocationnelles pour aller de l’avant. Et c’est le monde actuel ».2

Le fait que « nous ne sommes plus les seuls aujourd’hui à produire la culture, ni  les  premiers,  ni  les  plus  écoutés »  nous  rend  libres  des  mécanismes  pervers  de la  liquidation.  Nous  entrons  en  liquidation  lorsque  nous  cherchons  à  « plaire  à l’autre »,  à  le  « séduire ».  L’évangélisation n’est  pas  la  séduction du  prochain, mais le  service  du  prochain  dans  la  vérité.  Être  libres  de  la  liquidation  est  le  premier point-clé.

De  la  même  manière,  une  fois  encore  le  fait  que  « nous  ne  sommes  plus  les seuls aujourd’hui à produire  la culture,  ni les premiers, ni  les plus  écoutés » nous rend libres de toute forme d’intérêt. L’évangélisateur est tel, précisément parce qu’il n’a pas d’intérêts autres que ceux du Christ. Et les intérêts de Jésus Christ rendent désintéressés,  humbles.  « Le  désintérêt  pour  soi-même  est  la  condition  nécessaire pour  pouvoir  être  pleins  d’intérêt  pour  Dieu  et  pour  les  autres,  pour  pouvoir  les écouter vraiment […].

Le Seigneur a écouté le cri des hommes qu’il a rencontrés et s’est fait proche d’eux, parce qu’il n’avait rien à défendre et rien à perdre : il avait la conscience en prière, en  contemplation  avec  le  Père  et  oint  par  l’Esprit  Saint  […].  Que  le  Seigneur  nous remplisse  le  cœur  de  l’audace  et  de  la  liberté  de  ceux  qui  ne  sont  pas  liés  par  des intérêts  et  veulent  se  mettre  avec  empathie  et  sympathie  au  milieu  des  vies  des autres ».3

Enfin,  le  fait  que  Dieu  soit  marginalisé  et  ridiculisé  nous  met  en  mesure  de toujours méditer sur "la dernière place" qu’il a choisie pour lui et pour ses témoins : c’est  cela  la  vraie  "réserve  de  grâce"  qui  empêche  l’idolâtrie  et  rend  actifs  dans  les domaines  complexes  du  dialogue  œcuménique  et  du  dialogue  interreligieux.  En même  temps,  seul  un  Dieu  marginalisé,  nié  et  ridiculisé  est  en  mesure  de  nous rendre  solidaires  avec  les  pauvres  et  les  exclus  de  ce  monde ;  et  avec  la  même "maison  commune"  qui  est  notre  planète,  blessée  par  des  systèmes  économiques rapaces et par les organisations criminelles.

Chers  amis,  vous  servez  et  honorez  la  Sainte  Vierge  à  travers  l’éthique  de  la communication  et  de  la  vérité  dans  laquelle  les  paroles  ne  sont  pas  des  pierres mais  des  ponts,  de  même  qu’à  travers  le service  des  pauvres  et  la  promotion  de  la justice,   de   la   paix   et   de   la   fraternité.  Qu’en   ce   lieu   de   bénédiction,   elle   vous remplisse   de   ses   grâces   maternelles   et   soit   votre   compagne   et   amie   dans   le renouveau  jour  après  jour de  votre  consécration  au  Christ  et à  l’Eglise,  là où  vous êtes  appelés  à  vivre,  afin  que  la  splendeur  de  la  sainteté  et  de  la  résurrection  des morts qui vivent en elle illuminent votre cœur et votre chemin.

Merci !

Pietro  Card  Parolin, Secrétaire d’Etat de Sa Sainteté

Photos de Simon Beau et Vincent Fischer

1  Discours à la Curie Romaine pour les Vœux de Noël, 21 décembre 2019, dans < https://www.la-croix.com/Urbi-et- Orbi/Documentation-catholique/Actes-du-pape/Lhumanite-appelle-interpelle-provoque-cest-dire-appelle-sortir-pas- craindre-changement-explique-pape-Francois-voeux-Curie-2019-12-23-1201068225   

2  Ibidem

3    Pape   FRANÇOIS,   Discours   avec   les   participants   à   la   rencontre   de   Diocèse   de   Rome,   9   mai   2019,   dans
<http://www.vatican.va/content/francesco/it/speeches/2019/may/documents/papa-francesco_20190509_convegno- diocesi-diroma.html> (vu le 22 juillet 2020). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Discours du cardinal Pietro Parolin à la Famille de l’Assomption, 15 août 2020 – Lourdes                                                        7