OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




La formation en Assomption constitue l’interface de la vocation et de la mission

571_big.jpg

2019-12-06 - Rome

Durant cette quatrième journée de travail, le CGP s’est concentré surtout sur la formation. En fait, pour consolider la vie religieuse et la mission au sein de nos communautés et œuvres, la préparation des religieux, futurs ouvriers du Royaume, reste un préalable incontournable. La réussite de la mission future en dépend.

La formation en Assomption constitue l’interface de la vocation et de la mission. Elle consiste fondamentalement à transmettre le charisme aux jeunes religieux à travers nos valeurs et pratiques de chaque jour. C’est sur ce ton que le Secrétaire général à la formation (SGF), le P. Vincent Leclercq, a introduit la présentation de sa mission et des préoccupations qu’il porte pour mener à bien la tâche qui lui a été confiée au sein de la Congrégation. Il résume la formation comme ce temps durant lequel le jeune religieux est amené à mieux s’approprier les fondements de sa vocation et de la mission assomptionniste à l’exemple du P. d’Alzon, le but étant de former des disciples-missionnaires pour le monde d’aujourd’hui et de demain, capables de bâtir des ponts entre les hommes.

Former les jeunes religieux revient aussi à apporter l’appui nécessaire aux formateurs. Pour y arriver, le CGP a opté pour l’organisation, dans un futur très proche, des sessions destinées aux formateurs à savoir celles des supérieurs de nos quatre communautés internationales de formation assomptionnistes (CIFA), des supérieurs des grandes maisons de formation et une qui portera sur le discernement et l’accompagnement des premières étapes de la vocation (le pré-noviciat).

Dans le souci qu’il porte pour le futur, le CGP a mentionné le constat général de la carence d’intérêt pour la mission de formateur, dans le chef de beaucoup de frères. Comment susciter et trouver des personnes qui ont de l’intérêt à former des futurs passionnés du Royaume ? Chaque provincial est sorti de la séance avec la ferme résolution de se mettre à la tâche : préparer et former des formateurs et maîtres des novices reste une des grandes urgences de la congrégation.

Faire de la mission, c’est aussi mettre sur pieds des structures d’animation plus adéquates. Pour ce faire, le Chapitre avait procédé à l’érection des Vicariats (Asie-Océanie, Afrique de l’Ouest et Kinshasa). Après examen du processus de mise en place de nos trois Vicariats, le CGP s’est trouvé globalement satisfait par le gros du travail réalisé par les Provinces concernées, tout à émettant effectivement des recommandations là où il faut encore travailler davantage.

Il importe de souligner également que le CGP, mieux le gouvernement, c’est aussi avoir de la curiosité sur ce qui se fait chez le voisin. La visite et la prière des vêpres avec la communauté Sant Egidio a ainsi constitué un moment de prière et de découverte de cette communauté connue de beaucoup. Le repas offert au siège de ladite communauté a été aussi un temps d’échange autour de l’apostolat de Sant Egidio dans le domaine de la paix et la réconciliation des nations ainsi que du service concret du pauvre à la base.

Photo: CIRIC