OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




Passons aux barbares

98_big.jpg

2015-01-12 - Rome

Lors du dernier Conseil Général Plénier qui s’est tenu à Rome en décembre, nous avons évoqué la vitalité apostolique de notre Congrégation.

La lente mutation de l’Assomption n’est pas terminée, bien au contraire. De nouveaux visages viennent nous rejoindre et nous enrichir. Qui aurait pu dire il y a 20 ans que nous aurions parmi nous des Togolais, des Ougandais, des Camerounais, ou bien encore des Chinois ou des Indiens ? Or, aujourd’hui, nous accueillons des frères issus de ces pays. Dans le même temps, les anciennes provinces ont vu leurs effectifs diminuer drastiquement.

Elle est loin l’époque où il y avait des bataillons serrés de Néerlandais, de Français, de Belges ou d’Anglais. Il faut nous rendre à l’évidence : l’Assomption change d’univers culturel et nous devons nous réjouir de cette évolution. Comme toute l’Église nous assistons à un déplacement des centres de vitalité au sud de notre hémisphère. Par exemple, les étudiants assomptionnistes sont majoritairement situés en Afrique et en Asie. Le visage du monde change aussi et la place de l’islam pose question. Pendant le Conseil Général Plénier, j’ai pu conforter la décision de former des frères en islamologie. Vous le savez la connaissance de l’islam devient une priorité pour nous. Nous ne pouvons pas ignorer une religion qui rassemble plus d’un milliard d’individus et qui nous confronte à un débat vigoureux.

L’avenir de la paix dans l’humanité passe par une meilleure compréhension réciproque. Nous sommes des hommes de communion. Je souhaite voir un groupe de religieux assomptionnistes bien formés en islamologie pour permettre à la congrégation d’oeuvrer au dialogue. Si le visage de notre famille change, il faut aussi s’adapter pour que les structures accompagnent la vie. Encore les structures allez-vous dire ! Oui, il est absolument nécessaire de procéder à une évolution pour maintenir la vitalité missionnaire de notre institut au nord comme au sud. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une pénurie de moyens et à une grande disparité dans les foyers vocationnels. Nous avons commencé à vivre l’internationalisation pour remédier aux difficultés de personnel, mais il est souhaitable de revoir nos modalités de gouvernement pour être plus efficaces. Le Conseil Général Plénier a bien conscience que la continentalisation décidée par le Chapitre Général de 2011 est une étape nécessaire, mais qu’elle doit se prolonger par d’autres décisions. Nous avons commencé à faire le bilan de l’expérience pour déterminer le pas suivant à accomplir.

Saint Grégoire le Grand au VIème siècle avait pris conscience de la nécessité pour l’Église de s’ouvrir à d’autres mondes que celui de la tradition grécolatine. Il avait eu alors cette formule : « passons aux barbares » pour signifier l’urgence d’une telle ouverture culturelle. Aujourd’hui l’Assomption doit « s’ouvrir aux barbares », c’est-à-dire aux nouvelles cultures, aux nouveaux pays, aux périphéries où nous ne sommes pas suffisamment présents. Alors que le Saint-Père a décrété une année de la vie consacrée, je vous invite à approfondir le sens de l’appartenance à l’Assomption. Déjà, vous avez été invités à redécouvrir la Règle de Vie. Lisez-la, méditez-la. Mais soyez aussi attentifs à être des veilleurs. La vie religieuse n’est pas une contemplation nostalgique du passé, elle est une active recherche de la volonté de Dieu pour aujourd’hui. L’Assomption est en mutation. Rendons grâce à Dieu pour la vie qui la traverse. Que l’année 2015 nous apporte à tous la joie de collaborer étroitement à l’oeuvre de l’Esprit de Dieu dans le monde.

AA Info editorial janvier 2015