OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




AA info Octobre 2019 - N° 10

562_big.jpg

2019-11-14 - Rome

Il m’arrive d’être agacé quand le célébrant principal de l’eucharistie dit, lors de la communion : « Heureux sommes-nous les invités au repas du Seigneur. » Bien que je ne sois pas rubriciste, j’aime le choix que l’Église a fait de dire : « Heureux les invités au repas du Seigneur. » Et l’Eglise a raison. Certes, nous nous réjouissons de recevoir le « pain des anges », mais pouvons-nous nous satisfaire que si peu de nos contemporains aient répondu à l’invitation de venir se joindre au repas ? La répétition systématique de la formule altérée nous fait oublier l’urgence de la mission. Nos communautés ont à être missionnaires pour recevoir ceux qui n’ont pas encore rejoint le Christ. Il y a urgence à renouveler notre engagement missionnaire.

Le mois d’octobre sera consacré dans sa totalité à la mission universelle de l’Eglise. Ainsi en a décidé le Saint-Père en élargissant à un mois entier la traditionnelle journée de prière pour la mission. L’Assomption, d’une certaine manière, s’était préparée en organisant en juin dernier une session de « relecture de l’expérience missionnaire ». Celle-ci nous a confortés dans la recherche d’un nouveau dynamisme apostolique pour toute la congrégation.

L’exhortation apostolique Evangelii gaudium a parlé du « disciple-missionnaire » pour caractériser le chrétien qui témoigne dans le monde de sa foi au Christ Ressuscité. J’aime ce qualificatif qui permet de mieux comprendre notre rôle d’évangélisateur. Nous sommes d’abord des disciples, c’està-dire des hommes et des femmes, qui ont entendu l’appel de Jésus à le suivre. L’Évangile décrit à de nombreuses reprises ce qui caractérise le disciple. Il y a en tout premier lieu l’écoute de la Parole de Dieu. C’est la Parole qui fait le disciple. Parole de vie qui transforme en profondeur l’être de chacun ; parole qui pousse à la conversion. Cette parole méditée dans le silence résonne dans nos cœurs, mais elle fait aussi de chacun de nous des témoins, des personnes qui rendent compte de leur espérance en Dieu. Le témoin n’existe que par le témoignage. Or, le témoignage, c’est l’annonce du Royaume de Dieu qui s’est déjà manifesté et qui se déploie dans l’univers.

Nous sommes tous missionnaires par notre baptême. Pour nous religieux, il est nécessaire de centrer notre vie sur la Parole de Dieu. Il est urgent que cette parole devienne source de vie et de renouvellement et, pour cela, il est prioritaire de mettre en œuvre ce que la Règle de vie demande : une demi-heure d’oraison quotidienne. Le manquement à cette demande conduit au relativisme et au laxisme. Nous serons exposés à entendre le reproche que fit Dieu à son peuple auprès de son prophète Jérémie (2, 13) : « (Ils ont) commis un double méfait : ils m’ont abandonné, moi, la source d’eau vive, et ils se sont creusé des citernes, des citernes fissurées qui ne retiennent pas l’eau ! » Si nous ne revenons pas à la source d’eau vive, nous sommes condamnés à la sécheresse, à la soif et à la mort. La Parole de Dieu est pour nous cette source de vie. Nous n’avons pas à chercher ailleurs.

L’année 2019 marquera le 175e anniversaire de notre fondation. Nous aurons à célébrer tout ce que le Seigneur a fait pour l’Assomption au long de toutes ces années. L’action de grâce montera de nos cœurs pour la fidélité du Dieu d’amour envers nous et pour le soutien qu’il apporte encore aujourd’hui à notre petite famille. Mais nous ne serions pas à la hauteur de cette commémoration si nous ne nous engagions pas fermement pour un renouveau apostolique et missionnaire. Les assomptionnistes ne sont pas des gardiens de musée, chargés de veiller sur des souvenirs précieux protégés par des vitrines ou des murs. Nous sommes des témoins de l’amour de Dieu pour notre monde, et cela appelle un engagement résolu pour la création. Nous sommes missionnaires chargés de dire à nos frères et sœurs d’humanité qu’ils sont tous invités à la table du Seigneur. La mission, c’est aujourd’hui.

Voir le texte intégral dans la section documents