OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




Se découvrir appelé

La vocation est une découverte. Comme le petit Samuel, dans la Bible, un jour, on «découvre» que Dieu me parle, m'interpelle, m'appelle par mon nom. C'est là le cœur de la vocation chrétienne. Je ne suis plus un électron perdu dans l'univers, mais j'ai un vis-à-vis qui me situe dans ce monde si ordinaire, si habituel, si banal. Un monde qui redevient alors, à mes yeux, le monde en création, en devenir, que Dieu accompagne. Que Dieu sauve.

Si Dieu me parle, ce n'est pas dans une extériorité qui s'imposerait à mes sens. Pas d'orages, ni de tremblements de terre ou de feu dévorant. La Parole de Dieu invite à l'écoute intérieure. Dieu parle à mon cœur. Dans le souffle d'une brise légère. Dans le murmure des gens qui s'aiment. Ce murmure, c'est l'Esprit du Christ qui demeure en nous. C'est le Christ, le Maître intérieur, qui enseigne, guérit et appelle, comme au temps de ses disciples. C'est l'amour du Père qui fait vivre. Jour après jour.

S je me tiens à l'écoute de cette Parole intérieure, je peux alors entrevoir une cohérence pour ma vie, des chemins possibles, même dans un don sans retour. Certains de ces chemins sont balisés, d'autres ont la discrétion d’un sentier de forêt. Mais sur chacun, le Christ nous précède.

Et si moi aussi...?

La vocation n'est pas réservée à certains. Mais la vocation est singulière pour chacun. Baptisés, nous savons que le Christ nous invite chacun à le suivre dans son chemin étonnant de mort et de résurrection, pour que Sa vie puisse être donnée au monde.

Cette suite s'exprime pour certains par un engagement dans la vie religieuse, à travers la vie communautaire, le partage des biens (vœux de pauvreté), l'accueil respectueux de l'autre (vœux de chasteté), l'acceptation des appels inattendus pour ma vie (vœux d'obéissance).

Cet engagement dans la vie religieuse n'est pas un exploit ni une bizarrerie. Il n'est pas réservé à des êtres plus forts ou plus intelligents. Il est proposé à des hommes ou des femmes ordinaires, qui acceptent d'être signes, pour tous, de la proximité du Royaume de Dieu. Ils font «signe» par leur disponibilité et leur écoute, par leur vie fraternelle et leur joie partagée, par le pardon donné et reçu etc.

Tout cela n'est tenable, tout cela est de l'ordre de la vitalité, que si c'est en l'enracinant dans le Christ. Cet enracinement demande du temps, du discernement avec d'autres. L'expérience de la vie communautaire est souvent un bon temps pour y voir plus clair sur un éventuel engagement dans la vie religieuse.