OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




Mission, internationalité et interculturalité

549_big.jpg

2019-07-05 - Rome

Ce jour, le travail est très soutenu avec plusieurs intervenants et des travaux de groupes qui ont duré jusque tard dans la soirée.

Tout d’abord, Didier Rémiot nous propose de prendre conscience de l’influence des cultures sur notre identité personnelle, nos manière de voir, de comprendre, de ressentir, de juger et d’agir dans nos relations inter-personnelles et dans l’espace social. Multiples sont les interactions entre la culture et l’histoire nationale, la politique (le type d’Etat, le nombre de partis politiques, la conception de la liberté (civique, religieuse...), l’opinion publique, la famille, la place de l’individu dans sa communauté de vie, la relation entre hommes et femmes, la relation avec l’autorité, l’importance du repas, la manière de s’habiller, le calendrier, la religion (croyance en Dieu, manière de lire la Bible, pluralisme religieux, morale). 

En second lieu, Joseph Miguel Diaz Ayllon nous introduit au concept d’inculturalité qui s’appuie sur celui de multiculturalité ; à partir de la reconnaisssance joyeuse de la culture des autres êtres humains il s’agit de parvenir à une relation d’échange et d’enrichissement culturel. L’inter-culturalité est une manière de vivre qui accueille la richesse des cultures comme un don de Dieu et comme une marque du visage de Dieu. Il s’agit d’un processus participatif et interactif qui tient compte du contexte historique, social, économique. L’interculturalité se combine avec l’inculturation pour servir la construction des relations fraternelles communautaires, premier signe mission pour des religieux. L’interculturalité est aussi une manière particulière de réaliser la mission étant donné que les milieux humains vers lesquels le religieux est envoyé sont de plus en plus multiculturels. L’interculturalité est une manière de construire des milieux existentiels où les identités particulières sont capables de dialogue et de communion profonde. Finalement la mission nous conduit à aller vers toute personne, spécialement celles qui vivent aux frontières (pauvres, rejetés, marginalisés), pour que, dans le dialogue et la rencontre inter-culturelle, advienne le salut. 

En début d’après-midi Ai Chi Nguyên nous invite à faire un parcours scripturaire à l’aide de la notion d’identité narrative et de la conviction de l’importance du contexte inter-culturel pour la lecture de la Parole de Dieu. Il nous a fait saisir combien notre identité se révèle et se structure grâce à la lecture individuelle et communautaire du récit biblique. « Par sa parole, Dieu donne naissance à un peuple. Il le façonne à son image et à sa ressemblance. Il ouvre en lui un espace de rencontre comme une blessure. Celle-ci ne peut être guérie qu'à travers la rencontre des autres peuples. Dans ce sens, entrer en relation avec l'autre n'est pas un choix. Entrer en relation avec l'autre est une nécessité permettant de guérir la blessure qui est déjà à la profondeur de l'être. Dès lors la vulnérabilité devient un lieu de fécondité dans la connaissance de l'autre et de soi. »

Jésus a vécu le tension constitutive du peuple de Dieu, la tension entre identité et sortie de soi, la tension entre communauté et mission. Chi Ai nous propose de lire 3 passages où Jésus est déplacé en raison de cette tension. Tout d’abord le texte de la rencontre avec la femme cananéenne qui oblige Jésus à envisager un nouvel horizon à sa mission (Mt 15, 21-28), puis la prédication inaugurale à la synagogue de Nazareth (Lc 4, 24-30) qui oblige Jésus à affirmer qui il est et à poursuivre sa route missionnaire dans un environnement hostile. Enfin les paraboles de la semence qui pousse toute seule et de la graine de moutarde qui donne un arbre dont les branches servent de refuge aux oiseaux (Mc 4, 26-32). Dans la mission, le Christ nous invite à la confiance humble dans l’action de Dieu, à la patience dans la mission.

Enfin Ngoa Ya Tshihemba, à partir de la règle de vie, de la Ratio Institutionis et de l’enquête qu’il avait réalisé en vue de notre session, nous propose des actions et des structures concrètes pour aider les Assomptionnistes à réveiller leur fibre missionnaire, pour aider à affiner la sélection des futurs missionnaires, à les préparer concrètement au départ pour un autre pays, à sensibiliser à la question de l’accompagnement et de l’évaluation. Ces propositions concrètes ont ensuite fait l’objet d’un travail en groupe linguistique en vue d’arriver à des propositions concrètes pour le Conseil Général Ordinaire et pour la congrégation.

Signature  : Corinne SIMON/CIRIC