OK Su questo sito NON utilizziamo cookie di profilazione di terze parti. Se vuoi saperne di più o prestare il consenso solo ad alcuni utilizzi clicca qui. Cliccando sul pulsante OK, o continuando la navigazione effettuando un'azione di scroll, presti il consenso all'uso di tutti i cookie.

Devenir Assomptionniste

Augustins
de l'Assomption




« Fragilité, cet autre nom de la condition humaine… »

467_big.jpg

2018-06-10 - Arusha, Tanzanie

« L'oubli de la fragilité est le prélude de la catastrophe » (Cf. Jean-Louis Chrétien, Fragilité - Un livre recommandé par notre supérieur général). On peut se lamenter sur la fragilité de notre petite congrégation, et on souhaiterait parfois être plus fort, mieux assis, avoir du personnel ou des finances en réserve… Or, il n’en est rien, et c’est certainement bien mieux ainsi ! En fait, le Conseil Général Plénier est déjà une illustration de la puissance de l’Évangile qui ne peut agir qu’à travers nos fragilités. Quand nos provinces assomptionnistes étaient fortes, où disons plutôt quand elles se croyaient suffisamment fortes, elles ne pensaient pas avoir besoin des autres… Et le repli des Provinces sur elles-mêmes à bel et bien conduit à des catastrophes et à des disparitions sur la carte assomptionniste. Mais aujourd’hui nous ne pouvons plus nous faire illusion, nous sommes foncièrement dépendant les uns des autres et cela produit de la collégialité, de la disponibilité, de la solidarité, des communautés internationales et interculturelles, bref quelque chose de l’ordre du Royaume ! Réjouissons-nous donc de nos fragilités ! Comme le dit encore Jean-Louis Chrétien : « C'est donc la fragilité seule qui forme la demeure de l'impérissable dans le monde. Seule la barque fragile de la voix humaine peut jeter son ancre dans le ciel. »

Fragilité fut bien le maître mot de notre 9ème journée de CGP… Nous nous sommes arrêtés ensemble sur la situation de notre implantation en Turquie : quel avenir possible ? À la mesure de la seule Province d’Europe pas beaucoup, mais à la mesure de la congrégation et de l’Église pourquoi pas ? Un appel sera lancé… Fragilité aussi de l’Église, de la vie religieuse, de la vie religieuse assomptionniste… Partant de l’actualité de l’Église du Chili, chacun a partagé les difficultés, les crises traversées par la vie religieuse dans nos pays respectifs… Loin de se complaire dans les lamentations, il s’agissait surtout de souligner les défis, les appels, les lieux de renouveau, les pistes d’avenir que ces situations de crise ouvrent devant nous. Ce ne sont pas les périodes fastes de l’Église qui produisirent beaucoup d’initiatives évangéliques, mais bien les périodes de crises qui poussèrent l’Église à réorienter sa route vers une vie plus conforme à l’Évangile… Ne soyons donc pas des nostalgiques du passé, et dans la fidélité au génie du christianisme ne nous résignons jamais à une fatalité catastrophiste… C’est bien grâce à nos fragilités que nous pouvons êtres des témoins avant d’être des mmaîtres… « Des boiteux sur le chemin », comme nous le rappel sans cesse le P. Benoît Grière…

Nous avons terminé la journée par une petite relecture de la pratique du CGP, de l’avis unanime cette rencontre semestrielle, née certainement de notre fragilité, permet de faire de beaux pas à la congrégation… Tout n’est pas parfait, le suivi des sujets évoqués en CGP demeure un défi, l’interaction entre le CGP et les conseils de province ou les conseils provinciaux est encore à parfaire… Mais tout de même, la synodalité, c’est-à-dire le chemin parcouru ensemble, est loin d’être insignifiant !

« Ayez à l’esprit, mes frères, la fragilité humaine : courez tant que vous vivez, afin de vivre ; courez tant que vous vivez, afin de ne pas mourir vraiment » saint Augustin.

P. Benoît Bigard